Laudato Si

Dialoguer pour soigner la terre et ses habitants

Joaquim Lesne

Attaché diocésain pour la Transition

26 juin 2021

Laudato Si est un document révolutionnaire publié en 2015 par le pape François. Constatant la crise socio-environnementale planétaire, il propose une écologie intégrale pour répondre à la fois au cri de la terre et au cri des pauvres. Joaquim Lesne présentera les grandes lignes de ce texte majeur et en quoi l'écologie intégrale est l'affaire de tous et de chacun. Il présentera la spécificité de l'apport chrétien dans le dialogue sur l'écologie. Il montrera comment les habitants de la Sarte peuvent contribuer à leur façon à sauvegarder la maison commune, et ce que l'Eglise a voulu promouvoir dans le diocèse de Liège en nommant un "référent en écologie intégrale".

Conférence "Laudato Si - Dialoguer pour soigner la terre et ses habitants" 26 juin 2021, 20h00 - Notre-Dame de la Sarte
1. Les petits gestes

On parle beaucoup des petits gestes, des écogestes (couper le robinet en se lavant les dents, trier ses déchets, éteindre la lampe, etc.). Quelque part, ce qui se vit dans le jardin de la Sarte est aussi un petit geste. Mais cela va-t-il changer le monde ? Il ne faut pas penser que ces efforts ne vont pas changer le monde. Ces actions répandent dans la société un bien qui produit toujours des fruits au-delà de ce que l’on peut constater, parce qu’elles suscitent sur cette terre un bien qui tend à se répandre toujours, parfois de façon invisible. (LS 212)

Nous inscrivons ces petits gestes dans quelque chose de plus grand : au sein de la nature, au sein de l’humanité, au sein d’un projet divin. Nous nous appuyons sur l’encyclique Laudato Si du pape François (2015), dans laquelle le pape s’adresse à tous les habitants de la planète au sujet de la maison commune (LS 3).

2. Laudato Si et des constats
Loué sois-tu.jpg

Laudato Si (2015) a d’abord connu son succès en-dehors de l’Eglise catholique et a favorisé l’adoption de l’Accord de Paris à la COP 21. Une des clés de ce succès est la synthèse complète et honnête de la situation de la planète et de l’humanité, aujourd’hui (chapitre 1). Le pape présente d’abord les problèmes environnementaux, puis les responsables principaux : l’environnement et la vie humaine et sociale se dégradent ensemble. Aujourd’hui, nous ne pouvons pas nous empêcher de reconnaître qu’une vraie approche écologique se transforme toujours en une approche sociale, qui doit intégrer la justice dans les discussions sur l’environnement, pour écouter tant la clameur de la terre que la clameur des pauvres. (LS49) Les inégalités économiques sont la base d’inégalités d’émissions de CO2, ce qui condamne doublement les pauvres, qui sont les premières victimes des dérèglements environnementaux, dans le monde et en Belgique.

Face à cette situation, une diversité d’opinions coexistent (LS 60). L’Eglise veut écouter et promouvoir le dialogue et le débat honnête. Elle veut éviter les positions extrêmes (les solutions techniques sont la réponse à tout ; il faudrait réduire la présence de l’être humain sur terre).

3. Une écologie "intégrale"

Le pape est aussi constructif et propose l’écologie intégrale (chapitre 4). Il y a au moins deux approches, qui se complètent.

1° La première perspective est individuelle. On considère que l’existence humaine repose sur trois relations fondamentales intimement liées : aux autres, au monde, à l’Autre/divin. On pourrait dire qu’une quatrième relation, la relation à soi, permet d’harmoniser notre rapport à l’autre, au monde, à l’Autre. On peut dire qu’il y a écologie intégrale quand il y a pacification dans ces trois relations fondamentales. Inversement, il y a rupture de l’harmonie quand l’être humain ne se considère plus comme un être limité mais se prend Dieu, se pose en dominateur, et directement cela se traduit dans des symptômes qui apparaissent dans la vie sociale et la vie en société, et dans la nature.

2° La seconde perspective est collective. Elle s’appuie sur le raisonnement suivant : si la cause des changements climatiques et des inégalités est humaine, sociale, alors la solution doit être humaine et socialement également. C’est pourquoi les réponses apportées aux problèmes environnementaux doivent intégrer les dimensions économiques, sociales, culturelles, éducatives, mais aussi les dimensions de la vie quotidienne et de la spiritualité. Ce concept d’écologie intégrale s’appuie aussi sur certains postulats dont on parle aujourd’hui comme des « biens communs », des biens présents sur la terre et qui auraient vocation d’être disponibles en partage.

4. L'apport chrétien dans le dialogue sur l'écologie

Visionnage d’un épisode de la série Des idées éclaircies avec Laudato Si, sur l’idée reçue que les cathos sont des dominateurs de la nature.

Plusieurs éléments distinguent l’apport chrétien :

  • Espérance : Jésus annonçait un royaume de justice et de paix (//lanceur d’alerte), crucifié mais Dieu l’a ressuscité à l’engagement pour l’écologie doit toujours être marqué de la couleur de l’espérance (« Vert j’espère »). Les choses peuvent changer. (LS 71, 74, 244)

  • Pauvreté : les pauvres sont les premières victimes, attention à la souffrance des exclus, provoquée par l’opulence des nantis, système économique qui exclut et crée du déchet (LS 20, 21, 22, 43-47)

  • Création : donner une autre dimension à la nature, croire que cette nature nous est donnée, qu’il y a un Créateur au-dessus et avant nous, qui nous aime, qui aime chaque créature sur terre. La création, c’est un projet d’amour de Dieu, et son amour est de toujours, il ne nous punit pas quand on fait du tort à la maison commune, mais il continue toujours de croire en nous. Un seul Père de toutes les créatures, donc communion universelle. (LS 84-88)

  • Vie : d’où un attachement à la Vie, un respect de toute vie. (LS 123)

  • Spiritualité et sens : la foi et la religion apportent du sens à ce qui ne pourrait être perçu que comme des efforts à consentir, des sacrifices à faire… (LS 212)

  • Place des religions dans le dialogue : la crise écologique est complexe donc les réponses doivent venus de diverses richesses culturelles, de l’art, de la poésie, de la vie intérieure, de la spiritualisé, y compris la sagesse religieuse (LS 63). Pour l’aspect chrétien, nous retiendrons notamment la pensée philosophique et la Doctrine sociale chrétienne.

5. Laudato Si à la Sarte

Le diocèse de Liège lance, avec des Eglises protestants et Entraide et Fraternité, EcoEglise pour avancer sur le chemin de conversion écologique en communauté chrétienne. De nombreux outils seront bientôt disponibles sur www.maisoncommune.be pour :

  • Mieux comprendre les enjeux (groupe de lectures, jeux, vidéos, Parcours en 6 étapes, …)

  • Approfondir les enjeux spirituels (catéchèse, liturgie, saints, Bible, méditation, …)

  • Agir pour la justice sociale et la justice climatique (11 domaines d’action à partir de l’Eco-diagnostic)

Invitation à participer au Temps de la création (du 1er septembre au 4 octobre).

Téléchargez le résumé de la Conférence