Fraternité Laïque Dominicaine
Dominique Pire et Sainte Catherine de Sienne

Marie-Louise Giltay, o.p.

Lundi 4 mai 2020

Opportunité de pardon, de réconciliation

Prière d'introduction (Cardinal G. Daneels)

Père, rien n'est aussi difficile

que d'offrir un vrai pardon,
surtout à ceux et celles qui nous sont proches
et nous ont réellement fait souffrir.
Comme il est difficile ce pardon-là !

Tant de prétextes tourbillonnent dans notre tête ;
''Est-ce bien à moi de commencer ?
''Est-ce bien la peine ? Non, je ne peux pas
maintenant, demain peut-être ...''
Il nous en coûte de pardonner.
Est-ce même possible ?
Père, nous le savons, la réconciliation et le pardon
ne peuvent venir que de Toi.

Alors, accorde-nous la grâce du pardon,
la force de nous réconcilier
avec ceux qui sont sous notre toit,
avec ceux qui sont loin:
le conjoint qui est parti,
l'enfant qui a brisé les attaches.
Fais-nous aimer nos ennemis.
Ne permets pas que le soleil se couche
sur une rancune ou une colère en nos cœurs.
Fais-nous la grâce du premier pas
et nous Te ressemblerons.

Parole :

2. Bénis le SEIGNEUR, ô mon âme, n’oublie aucun de ses bienfaits !

3. Car il pardonne toutes tes offenses et te guérit de toute maladie ;

4. Il réclame ta vie à la tombe et te couronne d’amour et de tendresse ;

8. Le SEIGNEUR est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d’amour ;

9. Il n’est pas toujours en procès, ne maintient pas sans fin ses reproches ;

10. Il n’agit pas envers nous selon nos fautes, ne nous rend pas selon nos offenses.

LUC 6,36-37

36 Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux.

37 Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés.

 

LUC 15,22-24

22 Mais le père dit à ses serviteurs : “Vite, apportez le plus beau vêtement pour l’habiller, mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds,

23 allez chercher le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons,

24 car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.” Et ils commencèrent à festoyer.

Psaume 103 (102), 2-4; 8-9

Commentaire

En cette période difficile de confinement, comme il nous serait réconfortant de pouvoir serrer contre notre cœur, comme le père miséricordieux de la parabole, nos enfants, nos parents, nos amis pour leur exprimer combien ils nous sont chers et aussi pour leur pardonner, s’ils nous ont fait souffrir, ou leur demander pardon des souffrances que nous leur avons infligées.

 

Dieu est amour. Chez lui, le pardon est comme une fonction viscérale. Je l’ai expérimenté un jour que je me confessais auprès d’un prêtre âgé à Banneux.

 

« Moi, au nom du Père du Fils et du St Esprit, je vous pardonne TOUS vos péchés. ».

 

C’était bien plus qu’une formule rituelle, il a prononcé ces mots avec une telle douceur, je dirai même une telle tendresse que j’ai eu la sensation, avec des frissons qui me parcouraient toute la colonne vertébrale, que c’était le Père en personne qui me pardonnait mes offenses.

 

Mais si l’amour et la miséricorde sont les plus beaux attributs de Dieu, qu’en est-il de nous pauvres humains qui sommes loin d’être toujours à la hauteur de ce que Dieu attend de nous ?  Quelle est notre capacité de pardon ?

 

Père, pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux… Mat 6, 12

 

En nous demandant de pardonner soixante-dix fois sept fois, Jésus nous fait participer au pardon que le Père aspire à nous accorder sans cesse : car, en effet, le Dieu de miséricorde dont Jésus témoigne n’agit que par la médiation humaine.

Le pardon que chacun de nous offre à celui qui l’a offensé nous fait entrer aujourd’hui dans le Royaume où nous sommes tous frères : tout d’abord, frères en Jésus Christ qui nous donne un même Père, et par conséquent, frères entre nous, formant ainsi l’immense fraternité humaine.

Mais que d’abnégation pour arriver à trouver, malgré nos fragilités, du bien, du positif en celui qui nous a fait souffrir, pour arriver à l’aimer tel qu’il est et se mettre à croire qu’il est capable de s’amender.

Cette période actuelle de peur des autres, de solitude intérieure, de confinement, nous pouvons la vivre de deux manières :

Soit nous faisons comme l’escargot et nous rentrons au chaud dans notre coquille, mais, ce faisant, nous allons nous assécher. C’est un chemin de mort. L’homme a besoin de contacts, de vie sociale pour vivre, grandir,  s’épanouir.

Soit nous choisissons, au contraire, de dépasser cette peur, d’oser nous « déconfiner » de nous-mêmes, d’aller vers les autres. Nous en avons conscience, c’est bien là le chemin de vie que Dieu nous propose.

Evidemment, retrouver sa famille ou ses amis, c’est facile. L’attachement est déjà là. Il n’y a pas d’effort à faire. Par contre, oser quitter cette zone de confort et se confronter au mal que nous avons ou qu’on nous a fait, cela demande plus de courage. Mais ce courage sera largement récompensé.  Le pardon apporte la paix  à celui qui le donne et libère celui qui le reçoit de la prison qu’est le sentiment de culpabilité. Deux vies nouvelles peuvent alors commencer ! Une belle manière de faire éclore un rayon de soleil et d’espoir dans la noirceur de notre ciel actuel ! Une belle manière de revenir à la VIE !

Intention

Seigneur, l’amour et la miséricorde sont tes plus beaux attributs ; mais pour nous, pauvres humains, pardonner à nos frères n’est vraiment pas facile.

Pardonner à nous-même ne l’est pas d’avantage et souvent le remords nous rend bien malheureux.

Notre réticence à pardonner aux autres nous enlève la paix du cœur.

Donne-nous, Seigneur, la grâce de pouvoir pardonner comme toi.

Chant : 

Changez vos cœurs, croyez à la Bonne Nouvelle !
Changez de vie, croyez que Dieu vous aime !

1 - "Je ne viens pas pour condamner le monde :
Je viens pour que le monde soit sauvé."

3 - "Je ne viens pas pour juger les personnes :
Je viens pour leur donner la vie de Dieu.

4 - "Je suis le Bon Pasteur, dit Jésus :
Je cherche la brebis égarée."

Logo O.P..png
Laïques_Dominicains_logo.JPG

Téléchargez les textes PDF

Changez vos coeurs

©2018-2020 Unité pastorale de Huy